Articles

Affichage des articles du février, 2011

Miss Popcorn

Rien à voir avec le popcorn, je vous l'assure. Plus une filiation avec madame Faith Popcorn , la gourou du marketing. A 4 ans déjà, je me destinais à évoluer dans cette sphère des affaires. J'habitais un quartier manufacturier où il y avait plus précisément des entreprises pharmaceutique et de textile. Ma mère me confinait au balcon, m'interdisant de découvrir le monde sur le terrain. Mais... curieuse j'étais et curieuse je suis toujours. Aussi, quand les travailleurs arrivaient ou sortaient de l'édifice, je les interpellais avec mon plus beau bonjour: Bonjour monsieur, Bonjour madame . Alors, ils cherchaient d'où provenait cette voix et levant les yeux vers le deuxième étage, ils m'apercevaient. J'étais mignonne avec mes bouclettes et mon sourire espiègle. Peu à peu, les bonjours devinrent quotidien. Des bonjours, j'ai osé leur demander ce qu'ils faisaient. Gentiment, ils me parlaient de leur métier. Puis... un jour ma mère m'a autorisée à

Je t'aime

Deux petits mots sussurer à un être cher pour le plaisir de lui dire notre attachement, notre affection, notre amour. Il en est pour qui le 14 février est une date comme les autres, refusant les diktats de notre société de consommation. Il en est pour qui cette date se doit à tout prix d'être soulignée. Si certains se retrouvent avec d'autres couples attablés dans un resto où le service est rapido-presto, d'autres font un X sur cette fête prétextant que l'amour se conjugue au quotidien. Au fil du temps, j'ai célébré cette fête de diverses manières, certaines plus folichonnes que d'autres. Enfant, mes cartes étaient destinées à mes parents. Adolescente, je n'ai aucun souvenir romanesque lié à Cupidon. Jeune adulte, mon premier amoureux m'a offert un bracelet en argent avec un coeur que je possède encore. Moins bien nanti financièrement, les mots d'amour furent notre richesse. Puis, il y a eu d'autres hommes qui ont partagé ma vie. Certains passa

Si Dieu existe

Attends-nous à 4 heures, on va te planter . Bien oui, je vais attendre à 4 heures moi, une folle dans une poche. J'évalue mes chances assez rapidement. La meilleure défense est toujours l'attaque. Alors, c'est là, tout de suite. Je ne me laisse pas intimider. Les grandes veulent faire la loi et moi, la plus jeune de la classe, je ne veux pas m'en laisser imposer. Nous sommes à la récréation à jouer au drapeau. Les grandes changent les réglements comme bon leur semble. Elles veulent gagner, moi aussi, mais en respectant les règles du jeu. Les coups de pied, le tirage de cheveux, les morsures, tous les coups sont permis. Dans la cour d'école, les professeurs assistent à l'incident sans intervenir. Les autres filles de ma classe me laissent seule au front. J'ai toujours eu le courage de mes convictions. Même si elles sont plusieurs après moi, j'ai le dessus. Je suis grosse comme un pou mais j'ai du nerf comme ils disent. La cloche sonne pour signifier