Articles

Affichage des articles du octobre, 2010

La dette

Elle retournait délicatement dans sa poche le boîtier, attendant le moment propice pour le déposer sur la table de cuisine. Auparavant, la semaine durant, elle avait admiré le contenu de celui-ci à différents endroits dans sa demeure, pour s'imprégner à tout jamais de ce souvenir lointain. Soixante ans plus tôt, le contenu du boîtier avait fait l'objet de tractation financière. Une petite fille de huit ans avait pour désir un vélo. Un luxe pour cette époque. La mère adoptive, n'ayant que cette fille pour enfant, vendit à un membre de la famille sa bague de fiancailles. L'enfant comprit la valeur d'un tel geste. Tant et si bien, qu'une fois la mort du membre de la famille, elle souhaita récupérer ladite bague. La bague lui glissa de nouveau entre les mains puisque l'épouse de l'héritier en était la porteuse. A la mort de la porteuse, la fille aînée devint la dépositaire. Elle tenta sa chance auprès de cette dernière, lui expliquant l'attachement qu&

Capter le précieux de la vie

Image
Vous avez cru que je vous avais délaissé... Mais non ! Vous êtes ma planche de salut. Les sujets fusent dans ma tête. J'aurais tant de choses à vous raconter. J'ai choisi ce soir de regarder avec vous le verre à moitié plein plutôt que celui à moitié vide. J'ai déjà lu quelque part que dans la vie c'est l'altitude qui détermine ton attitude. J'ai l'impression d'avoir escaladé l'Everest plus d'une fois. Chaque fois, une fois rendu au sommet, j'observe le paysage, je regarde le chemin accompli, béate de satisfaction, prête à reprendre ma route ailleurs, à rencontrer d'autres gens. Certains appelleront cela la résilience. Cet été, lors de mes vacances à Marseille, en visitant le Cap Canaille à Cassis, mon ami Pierre a pris une photo d'un moine tibétain que j'ai plaisir à partager avec vous. Ils étaient là, quelques moines, assistant tout comme nous au coucher du soleil. Je ne saurais vous dire pourquoi cette image m'accompag

La résilience, une histoire de famille

Croyant me citer une vérité de La Palice, mon fils cadet m'interpelle l'autre jour en me disant que nous ses parents n'avions pas les mêmes valeurs que les parents de ses amis. Bien entendu ! Nous sommes dans la mi cinquantaine et soixantaine. Dix années ce n'est plus une génération, c'est un mur qui se dresse. Bon, j'exagère. Malgré cela, je ne négocie pas mes valeurs, elles sont là, témoignant d'un bel héritage de ceux qui m'ont précédée. Qui sont-ils ces hommes et ces femmes qui influencent ma vie ? Côté paternel Il y a mon père, huitième enfant, né sur une ferme dans le Témiscouata, coureur des bois, monteur de ligne, entrepreneur. Il y a mon grand-père, ne sachant ni lire, ni écrire, mais compter. Cela ne l'a pas empêché d'être commissaire d'école et de faire le commerce des chevaux. C'était un homme autoritaire, prompt qui n'hésitait pas à corriger ses enfants. Il n'y avait pas de DPJ à cette époque. Il y a ma grand-mère,