Le retour des serpents

Une fin d’année comme elle a commencé. Nous voilà de nouveau encabanés. Le serpent Omicron frappe à nos portes. Est-ce ainsi que nous envisagions de célébrer ?


Depuis des mois, nous rêvons de ce Noël 2021 au plaisir de la boustifaille, entourés de ceux que nous aimons, de rires, de jeux, du bonheur d’être rassemblés. Et puis paf ! notre balloune a encore pété.


Case 87. Nous étions plusieurs à y être, à avoir cru  que la vaccination nous permettrait de reprendre une vie presque normale. Chose promise, chose due. Nous avons profité de l’été, de l’automne, nous sommes retournés au restaurant, assister à des spectacles. Mais entre vous et moi, il n’y avait pas une petite voix qui vous mettait en garde, vous rappelant qu’à l’approche de l’hiver les virus sont gourmands. Sans ces deux doses la situation ne serait guère enviable. Une troisième dose arrive. Il faut s’y faire la vaccination va s’inviter dans notre agenda au cours des prochaines années. 


Case 95. C’est celle que je choisis. Petit microscome de notre société, je me sens privilégiée d’avoir un toit sur ma tête, ce qui n’est pas la réalité de ceux éprouvés par dame nature, quel que soit le continent, le pays, la province. J’ai aussi la chance de pouvoir me nourrir convenablement. Depuis la pandémie, le panier d’alimentation de plusieurs familles est frugal. C’est sans parler de la famine dans les pays d’Afrique, dont le Soudan. Je vis dans un pays paisible où en tant que femme je peux m’exprimer (j’ai une pensée pour mes sœurs Afghanes) et je ne suis pas opprimée (Ouïghours).


Je sais que notre monde est en changement et qu’y résister, chialer, ne me mènera à rien. J’essaie plutôt de voir les échelles que je peux gravir pour qu’il soit meilleur et contribuer au mieux-être de notre collectivité. J’ai une pensée pour notre personnel soignant qui est au front depuis des décennies, mais plus encore au cours des deux dernières années. C’est à eux que je pense en ce moment. Ils ont besoin de notre appui ou plutôt devrais-je dire de notre sens civique. Un célèbre proverbe dit qu’après la pluie vient le beau temps. Après l’hiver, reviens toujours le printemps. Je ne sais s’il est de bon aloi de vous vous souhaiter de Joyeuses fêtes, je le fais quand même, en vous invitant à lire La puissance de la joie de Frédéric Lenoir.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Petit pot de biscuits...

La bénédiction paternelle

Voyeuse